LAKOLAK©

19 NOVEMBRE 2011 / PERFORMANCE ON THE ROCK

Karl Lakolak’s propositions raise the question of the “embodiment” of representation; the real, physical body on stage for a tableau, is hybridized as a simulacrum of a lost “picture.” The installation/performance morphs into an improbable theater on the stage of which shadowy bodies come and go– the characters in this made-up museum parade. Painting is “brought back to life” as the body goes through the stages of its preparation. How can such ritualistic reminiscence influence the construction of a contemporary identity? The staging of the body in the normative social space is disarranged at the site of freedom legitimized by “the locus that generates contemporary art”.

The body traverses time and space in a pigmented bath, an actor traversed by multiple citations from amorous fêtes, from modern-day fetishism to fantasies of ancestral practices in traditional societies.

(traduction de Pierre Zoberman)

Les propositions de Karl Lakolak posent la question du « donner corps » à la représentation ; le véritable corps physique , sur la scène d’un tableau vivant, s’hybride au simulacre d’un “tableau” perdu. L’installation performative prend allure de Théâtre improbable sur la scène duquel passent des ombres corporelles, personnages de cette fiction muséale. La « résurrection de la peinture » s’opère par une « préparation du corps » …Comment une réminiscence rituélique peut-elle influencer la construction d’une identité contemporaine ? La mise en scène du corps dans l’espace social normé est dérangée dans l’aire de liberté légitimée par « le lieu générateur d’art contemporain »

Le corps traverse l’espace-temps dans un bain pigmenté, comédien traversé par de multiple citations, des fêtes galantes, des fétichismes contemporains, aux fantasmes de pratiques ancestrales des sociétés traditionnelles :

danses tribales, fêtes de la fécondités, mystères dionysiaques, possessions, transes, chamanisme etc.

VOIR PAGE ON THE ROCK

Categories: Performances

Leave a Reply